Les Halles : Quelle histoire !

C'est en 1871 que germa l'idée de construire des halles a Narbonne. Les édiles d'alors mirent presque 30 ans à faire aboutir ce projet et enfin écrire cette belle page d'histoire pour la ville de Narbonne.  Motivés au départ par des raisons essentiellement pratiques, ils n'avaient alors vraisemblablement pas mesuré à quel point l'érection de cet édifice ferait encore battre avec une telle intensité le cœur de notre cité et de ces habitants au XXIème siècle.

Une grande histoire faite d'une multitude de toutes petites vécues, inventées, partagées jour après jours, de générations en générations, par toutes celles et ceux qui ont fait des halles une institution que les narbonnais revendiquent fièrement aujourd'hui.

Les moments forts de notre histoire

 

Les Prémices

L'encombrement du Marché aux légumes et produits divers qui se tenait place aux Herbes (actuelle place de l'Hôtel de Ville), devenant de plus en plus dangereux pour la circulation et insuffisant pour contenir tous les marchands, mit la municipalité de 1871 dans l'obligation de s'occuper de la création d'une Halle couverte.

Le 11 août 1871

le conseiller municipal Paul JEAN propose au conseil la réalisation de Halles couvertes. Narbonne, pour ce conseiller municipal, se devait d'imiter la plupart des villes du Midi qui possédaient déjà des "marchés couverts, sources de recettes pour les municipalités". Mais les difficultés engendrées par cette construction et surtout la situation financière de Narbonne ne permirent pas l'établissement immédiat d'un tel bâtiment. Bien que la construction des Halles de Narbonne fût à plusieurs reprises un élément important dans les différents programmes électoraux, il faudra attendre 1894, sous la municipalité Ferroul pour que la construction des Halles soit définitivement votée.

Le 9 mars 1894

vu l'avant projet dressé le 9 décembre 1893 par l'architecte de la ville, pour la construction d'une halle sur les terrains longeant le boulevard de la Liberté, actuel boulevard Ferroul, et considérant que la commune de Narbonne trouvera dans cet établissement, en même temps qu'un intérêt financier, l'avantage de débarrasser ses places et ses promenades déjà trop exiguës, d'un grand nombre de marchands, qui les encombrent journellement, le conseil municipal décide de construire une halle sur les terrains communaux longeant le boulevard de la Liberté et vote un crédit spécial de 595 000 F pour les travaux et l'achat de terrains. Auparavant la ville, en 1892, avait ouvert un concours pour la construction de ses halles. Le Lauréat en fut André GABELLE constructeur à Marseille.

Le 15 novembre 1897

le conseil municipal sous la présidence du maire Paul ROQUES vote la construction.

Le 15 avril 1898

une loi autorise la ville de Narbonne à contracter un emprunt pour les travaux. Puis, par suite d'économies résultant de la suppression des caves prévues sous les Halles et d'autres modifications, le devis primitif a été réduit à 400 000 F.

Le 26 novembre 1898

le traité pour la construction des halles est passé avec André GABELLE. Le constructeur des Halles, André GABELLE, avait proposé le remplacement sur les façades du monument des 2 portes monumentales en fer et faïences phalles 1900 construction 1ar 2 portes en pierre avec écussons, moulures et sculptures. La Commission des travaux publics, après examen de cette proposition est d'avis qu'il conviendrait d'établir 3 portes monumentales en pierre, dont l'une sur la grande façade du boulevard de la Liberté (actuel bd Ferroul) et les deux autres sur les deux petites façades principales. Le conseil municipal se rallie à cette proposition d'autant plus que cette modification "contribue à l'ornementation et à l'embellissement des Halles et que le constructeur prend à sa charge les frais de modification de deux portes sur trois".

Le 25 mai 1900

la municipalité Ferroul décide de modifier la distribution des eaux aux Halles. Initialement il avait été prévu une fontaine monumentale à quatre jets, au centre du bâtiment, c'est à dire à la jonction des axes des allées centrales. Considérant que la fontaine monumentale à quatre jets, construite au centre des Halles, serait une gêne pour la circulation et surtout qu'étant donné les grands vents régnant dans le pays" une humidité constante ne cesserait de régner autour de la dite fontaine, le conseil municipal décide alors le remplacement de cette fontaine par quatre bornes fontaines à placer : deux dans l'intérieur, à savoir l'une à l'angle de la poissonnerie, l'autre à l'angle de la porte des cases des bouchers; deux autres à l'extérieur sur le trottoir du boulevard de la Liberté, une à chaque extrémité du bâtiment.

 

Au début du mois de novembre 1900

 les travaux de construction achevés, la commission des Travaux Publics effectue la visite de réception. Il apparaît alors que certains travaux n'étaient pas conformes aux prescriptions du cahier des charges. Ne semblaient pas conformes : *Les cimentages, * Les quatre grandes portes d'entrée * Les boiseries.

Le 13 novembre 1900

la ville et le constructeur décident de se soumettre à un arbitre unique, un expert désigné par le Président du Tribunal Civil de Narbonne.

Le 16 novembre 1900

le conseil municipal autorise l'Administration à soumettre le différend qui existe entre Narbonne et André GABELLE à un arbitre unique qui apporta très rapidement une solution.

Le 24 novembre 1900

 le conseil municipal approuve le premier règlement qui doit régir les nouvelles Halles. Par arrêté municipal la mise aux enchères des places de la nouvelle halle a lieu le 15 décembre 1900 et est définitivement close le 23 décembre à 16 heures.

Le 1er janvier 1901

le nouveau marché couvert de Narbonne ouvre ses portes au public.

(Historique réalisé par les archives municipales de Narbonne P.H VIALA)


Au début du XXème siècle

Dans le cadre des fêtes populaires du début du XXe siècle, Narbonne a eu sa Muse. Et c'est aux Halles fraîchement construites que se tiendra le premier (et unique) couronnement de cette jeune femme choisihalles de Narbonne 1900 prepar kermessee pour sa beauté mais également pour ses vertus (orpheline très jeune, elle avait élevé seule ses frères et sœurs) au cours d'une grande kermesse populaire qui s'est déroulée le lundi 19 février 1900 à " 8h30 du soir ". Le tout Narbonne était présent pour cette grande fête avec tombola, un " brillant concert donné par la musique du 100ème Régiment d'Infanterie et la Symphonie Amicale ". Au programme : des chants populaires mais aussi des valses et de la musique de danses Bulgare.

Après halles de Narbonne 1900 musela cérémonie de Couronnement de la Muse, Marguerite Ginoulhac (née le 8 septembre 1883), avec salves d'artillerie, embrasement extérieur des Halles et farandoleurs, les narbonnais ont eu droit à la lecture de " pièces de vers françaises et languedociennes primées au concours de poésies ". Pour finir la soirée, bataille de fleurs et de confettis pour se mettre en jambe avant la " grande sauterie " animée par un orchestre " composé des meilleurs musiciens de la ville sous la direction de M. Tivollier ".

Une fête populaire qui n'a pas été pérennisée, mais qui a aussi fait un peu office de baptême des Halles pas encore investies par les commerçants.

Extrait du "Courrier de Narbonne" du jeudi 22 février 1900 qui revient sur le couronnement de la Muse de Narbonne. … “Un événement inattendu à Narbonne, c'est bien le couronnement de la Muse. Cette innovation dans nos Fêtes a été diversement commentée. Les uns approuvaient, d'autres allaient jusqu'à nous demander, avec une pointe d'ironie, si nous nous sentons assez vertueux pour décerner un prix de vertus. A ceux-là nous réProgramme Kermesse 1900 aux Halles de Narbonnepondrons ce qu'un académicien, chargé de distribuer les prix Montyon, disait dans son discours : “ On ne nous demande point en général à nous-mêmes d'être vertueux ; mais seulement de ne pas être vicieux... ” …La devise de notre Comité des Fêtes est "Charité".

Il s'agissait donc de récompenser une jeune fille méritante et de lui décerner un prix de Vertu en même temps qu'un prix d'argent. Le prix de Vertu !

Ce sont les dames de la Halles qui l'ont donné. Nous nous sommes adressés à cette vaillante et intelligente corporation des dames de la Halle dont l'honnête jugement est infaillible… … Quant au prix d'argent, c'est le Comité tout entier qui l'a donné en ratifiant, par un vote unanime, le choix des Dames de la Halle ”.

1993-94 : Une Rénovation Exemplaire

Suite à la dégradation progressive du bâtiment et compte tenu de la nécessité de mise aux normes d'hygiène et de sécurité, la ville de Narbonne, propriétaire et gestionnaire du bâtiment a décidé d'entreprendre une rénovation générale de l’édifice.
 
Les Halles de Narbonne avant la rénovation de 1993-1994
 
 

Une somme totale de 9.000.000 Frs aura été nécessaire à la réalisation du chantier.

Les travaux prévus pour la restauration du Marché couvert de la ville de Narbonne ont été réalisés en 4 phases afin de permettre le maintien de l'activité commerciale.
 Cette rénovation exemplaire en fait un des plus beau et des plus fonctionnels Marchés de France.
 
Inauguration avec le maire de Narbonne Me Hubert MOULY et Mme Elisabeth LAURE

 

Inauguration avec le maire de Narbonne Me Hubert MOULY et Mme Elisabeth LAURE

Inauguration avec le maire de Narbonne Me Hubert MOULY et Mme Élisabeth LAURE

 

Les Halles rénovées ont été inaugurées à l'issue des travaux par Maître Hubert MOULY alors Maire de Narbonne et vice président du Conseil régional.

 

L'ENSEMBLE DES TRAVAUX A COMPRIS :
  • Réfection de la toiture avec dépose de la couverture existante,
  • Réfection du voligeage bois
  • Pose de bacs acier simple peau sur la toiture basse,
  • Ravalement de façades par la réfection des briquettes de parement, des soubassements et sculptures pierre,
  • Remplacement des éléments décoratifs défectueux (rosace, céramique, gousset et console métal) par moulage en matériaux de synthèse,
  • Modification des ensembles menuisés de façades, notamment avec la dépose de persiennes et des portes d'entrées (remplacées par des vitrages filtrants montés sur menuiseries alu),
  • la création de grilles de ventilation et le repositionnement des grilles de fermeture,
  • L'éclairage intérieur a été entièrement repris.
RENOVATION DES HALLES EN VIDEO

La vidéo ci-dessous a été réalisée entre 1991 et 1994 :

  • La tempête du 22/12/1991 la couverture des halles dévastée.
  • Prises de vue des travaux de rénovation
  • Le Journal télévisé FR3 faisant référence à l'inauguration
  • Inauguration en présence du Maire Hubert Mouly
  • Festivités (Remise de médailles aux anciens, journées 1900, scènettes des enfants, dégustations,...)

LE PÈRE NOËL A LES YEUX BLEUS

En 1966, Jean Eustache (1938-1981) réalise un film en court métrage entièrement tourné à Narbonne. "Le père Noël a les yeux bleus" voit le jour et une scène réaliste est filmée dans les travées des halles de Narbonne.
Durée 47 mn
Avec Jean-Pierre Léaud (Daniel) , Gérard Zimmermann (un ami) , Henri Martinez (un ami)

Synopsis

A Narbonne, Daniel et ses amis fréquentent assidûment les cafés, draguent les filles et dérobent à l'occasion l'un ou l'autre bouquin aux étals des libraires. Daniel, afin de suivre la mode, aimerait s'acheter un duffle-coat et, pour s'en donner les moyens, trouve un emploi de Père Noël, puisque les fêtes approchent. Ainsi vêtu, derrière sa barbe blanche, sa timidité disparaît ; Daniel s'enhardit et aborde les filles...

La scène aux Halles (extrait)

PHOTOS D'ARCHIVES